Gouvernance intercommunale dans le domaine de l’eau et de l’assainissement au Cameroun

 
Disposant d’une multiplicité d’équipements, les communes du Mbam et de l’Inoubou connaissaient de profondes difficultés en termes de maîtrise d’ouvrage en eau et en assainissement, principalement des problèmes de rénovation, d’entretien et de gestion des infrastructures. Pour y faire face, plusieurs communes avaient décidé de mettre en commun leurs moyens et de définir une stratégie départementale de l’eau et de l’assainissement. Ce projet a été lancé dans le but d’accompagner la structuration d’un service public.
Afin de développer une approche partenariale efficiente, les acteurs ont choisi de constituer un syndicat intercommunal (SYCOMI), suscitant ainsi une innovation juridique au Cameroun. Ce syndicat a alors pris la responsabilité des volets techniques et administratifs, c’est pourquoi des formations ont été dispensées afin de renforcer les compétences des acteurs. Par ailleurs, l’accent a également été mis sur la participation des citoyens via l’implication de comités d’usagers et des études de consentement à payer afin d’assurer la viabilité du service.
Cette expérience de gouvernance intercommunale est une réalisation pilote au Cameroun, qui a suscité l’intérêt des instances institutionnelles camerounaises et tend désormais à se diffuser. Les communes de la Lékié s’en sont d’ailleurs inspirées pour créer leur syndicat (SYNCOLEK), avec l’appui et l’expertise du SYCOMI et du SDEA (Syndicat départemental des eaux et de l’assainissement Alsace-Moselle )afin de développer à leur tour un service public d’eau et d’assainissement.

Consulter d'autres publications